Accueil
Message du président ou de la présidente
Historique
Dirigeant(e)s
Président(e)s
Adhésion
Réalisations
Documents
Hommages
Calendrier
Galerie de photos
Archives
Liens


Roger Doiron
Membre émérite 2018
Contribution de Monsieur Roger Doiron
à la société acadienne et francophone

Il ne fait aucun doute que le prix Émérite de la SERFNB représente la plus haute distinction que puisse recevoir un membre de la SERFNB. Quand on se réfère à cet honneur, on pense à des femmes et des hommes remarquables, très souvent des pionniers et des bâtisseurs, qui ont consacré la majeure partie de leur vie à défendre des causes qui visaient l’émancipation et l’épanouissement de leur communauté et, ultimement, l’avancement de ce que l’on peut appeler le « fait » français. Dans cette catégorie des personnalités qui méritent toute notre reconnaissance, il y a certainement Roger Doiron. C’est avec un grand honneur que je vais vous expliquer succinctement pourquoi il est digne de recevoir ce prix Émérite.

La tâche de résumer la contribution de Roger Doiron à la société acadienne et la francophonie tout entière n’est certes pas évidente compte tenu de la multitude de ses implications dans divers secteurs d’activités et l’impact qu’il a eu dans de nombreux dossiers depuis plus de 50 ans. Issue du domaine de l’éducation, il a joué un rôle important au sein de plusieurs organisations dans ce secteur, et ce, à des moments charnières comme en 1980, lorsqu’il a agi à titre de coordonnateur du Comité ad doc pour l'établissement des écoles et districts homogènes francophones au Nouveau-Brunswick. De 1977 à 1979, il préside l’AEFNB et copréside la FENB. Bien qu’il y ait consacré sa vie, sa contribution dépasse largement le milieu éducationnel et s’étend à toutes les sphères importantes de la société civile acadienne et de la francophonie canadienne.

À ce stade-ci, il s’avère pertinent de rappeler les origines de Roger Doiron et de parler un peu de sa vie personnelle. Il est né et a grandi dans la communauté que plusieurs identifient comme étant la « capitale de l’Acadie » soit, la pittoresque et dynamique municipalité de Caraquet. Suite à des études postsecondaires qu’il a poursuivies au Collège de Bathurst au début des années 1960, il a choisi de s’établir dans le comté de Kent, en compagnie de son épouse Lorraine, pour commencer sa carrière professionnelle et y fonder une famille. Plus précisément, Roger et Lorraine ont posé pied-à-terre à Richibucto, petite ville côtière du Sud-Est du Nouveau-Brunswick, où ils se sont enracinés et y ont élevés leurs deux garçons, Benoit et Gaston.

Sur le plan professionnel, Roger Doiron a amorcé sa carrière comme enseignant en 1966 à l’école secondaire 1er cycle de Richibucto. Son leadership et son dévouement pour l’enseignement lui ont permis de gravir les échelons et il devient rapidement le directeur de l’école. Passionné par son métier et cherchant toujours à se perfectionner, il a complété, en 1990, une maîtrise en éducation à l’Université de Moncton. Il est demeuré à la direction d’une école, et ce, jusqu’à sa « retraite » du système scolaire en 1998 alors qu’il était à la direction de l’École Soleil Levant de Richibucto. Sans pour autant signifier la fin de sa vie professionnelle, il a entamé aussitôt une deuxième carrière à titre de directeur général de l’Association acadienne et francophone des aînés et aînées du N.-B, poste qu’il a occupé de 1999 à 2008 et une troisième à titre de directeur général de la SERFNB, poste qu`il occupa jusqu’en décembre 2017.

Tout au long de sa vie professionnelle, M. Doiron a multiplié ses implications bénévoles à différents niveaux et a joué un rôle clé dans la création et le développement de plusieurs organismes francophones à caractère éducationnel, et ce, sur la scène provinciale, nationale et internationale. Véritable figure de proue et fortement convaincu de la nécessité pour les francophones de se doter d’organismes et d’institutions homogènes, il a travaillé à la mise sur pied de la Fédération d’alphabétisation du N.-B. (FANB) et en est devenu le président fondateur. Il a joué le même rôle pour la Fédération canadienne pour l’alphabétisation en français (FCAF) et a été un membre fondateur de l’Association acadienne pour l’administration de l’Éducation (AAAE) ainsi que de l'Association francophone internationale des directeurs d'établissements scolaires (AFIDES). La liste est trop exhaustive pour énumérer tous les organismes sur lesquels il a siégé par le passé, mais il est pertinent de rappeler qu’il a été membre du Conseil consultatif du premier ministre du N.-B. sur l’alphabétisation, membre du Comité consultatif du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Formation sur l’alphabétisation et président de la Commission provinciale des bibliothèques publiques du N.-B.

Pour Roger Doiron, il ne fait aucun doute que l’éducation constitue la planche de salut de la société acadienne et que l’avenir du français passe par la présence d’une population éduquée, compétente et consciente des défis qu’elle doit relever. Le leitmotiv de M. Doiron a certainement été, et est encore aujourd’hui, d’investir et de renforcer les instances organisationnelles et les institutions qui jouent un rôle déterminant dans la vie de ses compatriotes. En ce sens, son habilité hors du commun pour bâtir des ponts avec les autres communautés francophones et de mettre en réseau les différents acteurs concernés aura grandement contribué au renforcement des capacités de la communauté acadienne et de la francophonie canadienne.

Encore une fois, la contribution de Roger Doiron ne se limite pas au secteur de l’éducation. Il s’est investi considérablement dans les luttes visant une amélioration des services de santé en français ces dernières années. Il a été coprésident de la Coalition de la santé du N.-B, vice-président du C.A. (conseil d’administration) de la Corporation hospitalière Beauséjour, membre du C.A. de la Régie de santé Vitalité, membre du C.A. de la Société santé et mieux-être en français du N.-B., et est toujours un membre du comité Égalité santé en français qui vise l’obtention d’une pleine et entière gestion francophone et acadienne des services de santé au N.-B.

Ardent défenseur de la cause acadienne et leader incomparable, Roger Doiron a occupé de nombreux postes clés au sein des organisations de la société civile acadienne et francophone. Entre autres, il a été vice-président de la Société nationale de l’Acadie (SNA), président et vice-président de la Société de l’Acadie du N.-B. (SANB), président du C.A. du Forum des organismes acadiens du Nouveau-Brunswick et président de la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada. En toute honnêteté, M. Doiron est possiblement l’une des personnes qui a dirigé, fondé et été membre du plus grand nombre d’organisations francophones de la société civile à l’échelle canadienne.

Vous conviendrez que pour afficher une telle feuille de route, il faut avoir une passion incommensurable pour la langue française et aimer profondément sa patrie. Pour vous donner une idée du dévouement et du dynamisme de M. Doiron, il suffit de regarder où il oeuvre encore aujourd’hui. À l’aube de ses 75 ans, Roger Doiron est maire de la ville de Richibucto, membre de la Commission des services régionaux(CSR), a été président de l’Association francophone des municipalités du N.-B. (AFMNB) pendant quatre ans, vice-président du Club d’âge d’or local, en plus d’être toujours actif professionnellement.

En Acadie, le nom de Roger Doiron est synonyme d’engagement et de dévotion à l’égard de la langue française et de la cause acadienne. Il est de la trempe des « grands » et constitue l’un des personnages qui a grandement contribué à l’amélioration du sort de la communauté acadienne et francophone et à façonner l’Acadie moderne que l’on connait aujourd’hui. Mentionnons en terminant qu’il est décoré de la Compagnie des Cents Associés, de l’Ordre de la Pléiade, de l’Association internationale des parlementaires de langue français et de l’Ordre des Francophones d’Amérique.

À la lumière de la contribution que je viens de vous présenter, je pense sincèrement et sans aucune réserve que Roger Doiron mérite pleinement cette marque de reconnaissance à titre de membre Émérite da la SERFNB.

Jacques G.Albert
Président


Claudette LeBlanc
Cercle Beauséjour
Prix de Reconnaissance 2018

Claudette LeBlanc : une grande dame synonyme de dévotion, bienveillance et générosité. Une femme passionnée du dévouement ! Claudette a pris sa retraite de l’enseignement en 1992 après avoir enseigné pendant 35 années.

En tant que membre du Cercle, elle ne cesse d’embrasser différentes responsabilités au sein du Bureau de Direction. Elle croit dans la SERFNB et n’hésite pas à participer entièrement à son succès et progrès. C’est avec fierté qu’elle est considérée «la conscience du Cercle Beauséjour».

Son sens d’implication se dirige aussi vers sa communauté. Depuis une quarantaine d’années, elle se dévoue avec dynamisme à de nombreuses causes et participe comme bénévole à de nombreux organismes tels que : la Croix-Rouge, Salon funéraire Passage, Société historique de Grande-Digue, ministre de la Parole, programme CLEF à l’École de Grande-Digue et bien d’autres. En plus, ses énergies se dirigent vers son conjoint souffrant d’Alzheimer et sa famille tant aimée.

Claudette LeBlanc est une professionnelle de l’éducation, une dévouée des causes pour une meilleure société, une bénévole respectée et appréciée, une femme exceptionnelle. Le Cercle Beauséjour lui offre ses félicitations les plus sincères en tant que récipiendaire du Prix de Reconnaissance de la SERFNB 2018.


Lucienne Pelletier
Cercle De la Capitale
Prix de Reconnaissance 2018

Originaire de Balmoral, c’est en 1967 que Lucienne entame sa carrière en enseignement élémentaire au Madawaska. Après neuf années d’expérience, elle déménage avec son mari à Fredericton.

Durant sa carrière, cette dame qui maîtrise l’art de l’organisation à la perfection, réussit à poursuivre ses études par cours du soir et durant l’été. En 1986, elle obtient un congé sabbatique qui lui permet de terminer son certificat 5 à l’Université de Moncton. Ses expériences en enseignement varient de la 1ère à la 6e année, en français, en immersion ainsi qu’en français langue seconde. Lucienne est reconnue par ses collègues comme étant une enseignante qui savait très bien accompagner ses élèves dans leurs apprentissages et qui a su leur léguer d’excellentes habitudes de travail.

Enfin la retraite! Sa vie devrait être plus «relaxe!». Pas du tout! La voilà encore une fois impliquée dans une multitude d’activités qu’elle adore. Pourquoi choisir quand on est capable de planifier toutes ces activités et ses passe-temps à la lettre. Son intérêt pour la SERF de la Capitale est très remarquable. Le Congrès 2017 nous démontra qu’en plus d’être une organisatrice hors pair, celle-ci peut gérer les finances avec brio. Elle peut vous justifier et négocier le quart de la moitié d’un dollar sans problème. Ce congrès viendra-t-il mettre la boucle?

La communauté francophone de la Capitale est très privilégiée d’avoir une bénévole si engagée tant au niveau pastoral que communautaire. Lucienne, tu peux sûrement marcher la tête haute après de tels accomplissements.

Félicitations pour ce prestigieux Prix de Reconnaissance pour ton grand dévouement et pour ta constante implication au niveau de la SERF de la Capitale ainsi que dans ta communauté.


Adèle Perron
Cercle Restigouche-Ouest
Prix de Reconnaissance 2018

Originaire de Bathurst, c’est dans sa ville natale qu’Adèle débuta sa carrière d’enseignante. Comme le dit le proverbe «Qui prend mari, prend pays», elle poursuit sa carrière à Saint-Quentin jusqu’à sa retraite en 2002. Elle enseigna à la fois au primaire et au secondaire et est impliquée au niveau provincial en donnant plus de cent ateliers sur la méthode multimédia en anglais. C’est finalement en adaptation scolaire qu’elle termina sa longue carrière.

Adèle a été présidente de la SERF Restigouche-Ouest pendant 9 ans. Durant toutes ces années, elle s’est dévouée sans compter pour nous. Voilà pourquoi nous voulons lui rendre hommage aujourd’hui. Adèle est incapable de dire non. Donc, nous la retrouvons à la tête de plusieurs comités. De plus, elle a tous les talents. C’est une femme généreuse, dévouée qui a toujours un bon mot pour tous. Malgré toutes ses qualités, elle demeure humble.

Adèle, la SERF Restigouche-Ouest te souhaite du temps pour réaliser tous tes beaux projets. Et surtout, merci mille fois pour ton dévouement et merci d’être ce que tu es…une personne exceptionnelle.


Prix de Reconnaissance

La Société des enseignantes et des enseignants retraités francophones du Nouveau-Brunswick décerne chaque année le prix de Reconnaissance à un membre qui a accompli des choses extraordinaires soit au niveau local, régional ou provincial au service de son cercle ou de sa communauté, dans le domaine de l’éducation, de la culture, des œuvres de bienfaisance ou dans tout autre domaine à la discrétion du cercle.

Trois prix sont remis au Congrès annuel à des membres de cercles différents choisis à tour de rôle dans l’ordre suivant :

2019 : Madawaska (région d’Edmundston)
Alcide-F.-LeBlanc (région de Richibouctou)
À-Marée-Haute (région de Tracadie)
2020 : Maurice-Duguay (région de Caraquet)
Roland-Ouellette (région de Bathurst et Beresford)
AB*CDE (région de Campbellton et Dalhousie)
2021 : Edgar-Poirier (région de Bouctouche)
Jacqueline-Collette (région de Moncton)
John-Vallillee (région de Grand-Sault)
2022 : De-la-Mer (région de Shippagan et les Îles)
De la Capitale (Région de Fredericton)
Beauséjour (Région de Shédiac)
2023 : Restigouche-Ouest (région de St-Quentin et Kedgwick)

Récipiendaires du prix de Reconnaissance :

1986 – Marie Pinet de Bertrand
1987 – Yvonne Beaulieu de Drummond
1988 – Rose-Anne Poirier de Grande-Digue
1989 – Sœur Corinne Doucet de Campbellton
1990 – Azarias Doucet de Fredericton
1991 – Oneil Clavet d’Edmundston
1992 – Maurice Duguay de Caraquet
1993 – John Vallillee de Grand-Sault
1994 – Hector J. Cormier de Moncton
1995 – Lorraine Gibbs-Savoie de Baie-Sainte-Anne
– Sœur Sophie LeBlanc de Bouctouche
1996 – Anita Roy de Petit-Rocher
1997 – Bertha Cool-Parker de Campbellton
1998 – Jean-Médéric Losier de Tracadie-Sheila
1999 – Guy LeBlanc de Saint-Antoine
2000 – Jacqueline et Lomer Collette de Moncton
2001 – Claire Mallet de Shippagan
2002 – Sylvio Chenard de Fredericton
2003 – Marie-Corinne Bourque de Saint-André-LeBlanc
2004 – Arthur Cyr de Saint-Basile
2005 – Cécilia Collette-Fagan de Richibouctou-Village
2006 – Léonce Losier de Tracadie-Sheila
2007 – Réal Gendron de Free Grant
– Rose-Aimée Haché de Bertrand
– Rolande Mourant de Bathurst
2008 – Jean A. Richard de Moncton
– Léanne Roy de Saint-Léonard
– Gérard Vienneau de Sainte-Marie-de-Kent
2009 – Édouard Allain de New Maryland
– Raymond U. Chiasson de Shippagan
– Yvonne LeBlanc de Grande-Digue
2010 – Gisèle Laforge-Caron de Saint-Quentin
– Nora Saucier d’Edmundston
– Cyrille Sippley de Saint-Louis-de-Kent
2011 – Aquila Comeau de St-Irénée
– Gérard DeGrâce de Bathurst
– Yvon Godin de Bertrand
2012 – Jean-Marie LeBlanc de Cocagne
– Linda LeBlanc de Memramcook
– Alida Léveillé-Brown de Campbellton
2013 – Claudette Daigle de Baker Brook
– Dorilla Laforge de Saint-André de Madawaska
– Jean-Gilles Lanteigne de Pointe-Alexandre
2014 – Marguerite Gagnon de Grand-Barachois
– Jean-Baptiste Lavoie d’Edmundston
– Pâquerette Michaud de Saint-Quentin
2015 – Roger Doiron (Cercle Alcide-F.-LeBlanc)
– Mildred Pinet (Cercle Maurice-Duguay)
– Dianna May Savoie (Cercle À-Marée-Haute)
2016 – Jacqueline Bridges (Cercle AB*CDE)
– Paul-Émile Cormier (Cercle Edgar-Poirier)
– Émilien T. Côté (Cercle Roland-Ouellette)
2017 – Jean-Eudes Godin (Cercle De-la-Mer)
– Willie Lirette (Cercle Jacqueline-Collette)
– Thelma Michaud (Cercle John-Vallillee)
2018 – Claudette LeBlanc (Cercle Beauséjour)
– Lucienne Pelletier (Cercle De la Capitale)
– Adèle Perron (Cercle Restigouche-Ouest)


Membres honoraires

La SERFNB décerne la mention de membre honoraire à toute personne ou à tout organisme qui a rendu des services particuliers à la profession enseignante, à l’éducation ou à la société. Depuis ses débuts l’Association a conféré cet honneur à :

1994 – Ronald LeBreton, directeur général de l’Association des enseignantes et des enseignants francophone du Nouveau-Brunswick;

1997 – Jacqueline Collette de Moncton, présidente fondatrice de la SERFNB;

2000 – L’honorable Roméo LeBlanc, ancien gouverneur général du Canada et ancien professeur de français à l’École Normale de Fredericton;

2001 – L’honorable Louis-J. Robichaud premier ministre du Nouveau-Brunswick de 1960 à 1970;

2005 - L'Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick (AEFNB).


Membres émérites

La SERFNB décerne la mention de membre émérite à tout membre régulier qui s’est distingué de façon particulière au service de la Société. Depuis sa fondation, l’Association a conféré cet honneur à :

2000 – Mildred Pinet de Trudel;

2001 – Jeannette Pelletier d’Edmundston;

2004 – Willie Lirette de Bouctouche;

2006 – Gérard DeGrâce de Bathurst.

2011 – Hector J. Cormier de Moncton

2014 – Bernard Richard de Cap Pelé

2018 – Roger Doiron de Richibouctou


Jubilaires 2019

Si ta première année d’enseignement est 1939, 1949, 1959 et 1969,
cette politique te concerne et/ou concerne des amies-amis.

Précision :
Pour être fêtée au congrès de la région de Grand-Sault, la personne jubilaire devra être membre de la SERFNB le 31 décembre 2018.

Jubilaires 1939, 1949, 1959 et 1969
(LISTE PROVISOIRE en date du 31 octobre 2018)
1939
JACQUELINE-COLLETTE : Rita Fontaine.
 
1949
AB*CDE : Mae Lawlor, Gertrude McGrath  ALCIDE-F.-LEBLANC : Ella Cormier  À-MARÉE-HAUTE : Irène Brideau, Germaine Haché, Annette Thomas  BEAUSÉJOUR : Florence Bourgeois  JACQUELINE-COLLETTE : Jeannine Cantwell (Cool), Léona Cormier, Thérèse Landry  JOHN-VALLILLEE : Lionel Roy  ROLAND-OUELLETTE : Alma Frenette.
 
1959
AB*CDE : Léon Benoit, Jeannine Chiasson, Thérèse Daigle, Edouard Fournier  ALCIDE-F.-LEBLANC : Patricia Daigle, Gemma Dugas, Béatrice Lanteigne, Alma Poirier, Aline Richard  À-MARÉE-HAUTE : Régina Anderson, Annonciade Basque, Fernande Benoit, Lorraine Brideau, Arisma Losier, Claudette Losier, Gisèle Losier, Raymonde T. Losier, Carmel Robichaud, Vincent Saulnier, Norbert J. Sivret, Diana Sonier (Ferguson), Gloria Sonier  BEAUSÉJOUR : Géralda Doiron, Ovila Doiron, Marguerite Gagnon, Claudette Lirette, Néri Porelle  DE LA CAPITALE : Jacques DeGrâce, Annette Leblanc, Ronald LeBreton, Carlene Leduc  DE-LA-MER : Fernande D’Astous, Mérèle DeGrâce, Jean-Eudes Godin  EDGAR-POIRIER : Marie-Thérèse MacPhail, Gérard Martin  JACQUELINE-COLLETTE : Jean-Luc Bélanger, Doris Dupuis, Rose-Marie Ferlatte, Jeannine Goguen, Alice LeBlanc, Léo-Paul Léger, Cécile Maillet, Estelle Manuel, Thérèse Melanson-Albert, Clémentine Richard, Della Robichaud, Marie-Anne Saucier-Bélanger  JOHN-VALLILLEE : Fabienne Albert, Guy Durepos, Bertin Gervais, Jeannine Hébert  MADAWASKA : Bernadette Cyr, Roger A. Martin, Philippe Pelletier, Colette Ringuette, Donata Thériault  MAURICE-DUGUAY : Germain Blanchard, Philibert Landry  ROLAND-OUELLETTE : Emméline Duguay, Gisèle Frenette, Thérèse V. Hébert, Wilmond Turbide.
 
1969
AB*CDE : Denise Arseneault, Gilles Audet, Raymonde Balfour, Jean-Louis Boucher, Phyllis N. Caplin, Gilles Dumas, Gaëtane LeClair, Rodrigue LeClair, Gilbert Pelletier, Marcella D. Pelletier, Dianne Pitre, Réjean Vibert  ALCIDE-F.-LEBLANC : Ann-Marie Arseneault, Léona Bernard, Lorraine Dugas, Carmelle Gaudet-Hébert, Paul V. LeBlanc, Donald McGraw, Line Richard, Yolande Wedge  À-MARÉE-HAUTE : Réjean Arseneault, Sylvio Comeau, Anna Duguay, Rhéal Lévesque, Denis Morisset, Muriel Morisset  BEAUSÉJOUR : Hélène Babineau, Françoise Beaulieu, Donat Belliveau, Mildred Bourgeois, Maureen Chevarie, Gaëtane Cormier, Ola Cormier, Raymond Cormier, Josette Gionet, Hélène Hoadley, Patricia Niles  DE-LA-MER : Antonine David, Gilles E. Duguay, Denis Fortin, Henri-Claude Haché, Léa Haché, Berthe-Mance Landry, Ida Paulin, Cécile Roussel, Denis Savoie, Gilberte Savoie, Gisèle Savoie, Anita Savoie Robichaud, Bertille Thériault  EDGAR-POIRIER : Jean-Claude Cormier, Mariette Gagnon, Léo Girouard, Annette Léger, Oriza Léger, Réginald E. Richard  JACQUELINE-COLLETTE : Denise Caron-Bélanger, Rosemonde Chiasson, Aline Cormier, Sylvia Cormier, Yvette Deveaux, Maurice Drapeau, Hélène Dupuis, Julia Frenette, Cécile C. LeBlanc, Thérèse LeGresley, Stella Lemay, Yvonnice Maillet, Bernice C. Marcoux, Eileen Ouellet, Lina Saulnier, Francine Savoie, Lisette Soucy Grant, Annick Vanbrugghe, Marguerite Vienneau  JOHN-VALLILLEE : Jean Caissie, Normand Caron, Gaëtan Cloutier, Jacinthe Feeney, Fernande Laforge, Nicole Levesque, Dolorès D. Michaud, Gaitan Michaud, Doreen Ouellette, Jean-Guy Plourde, Jean-Louis Thériault  MADAWASKA : Francine Bérubé, Irénée Boutot, Rino Castonguay, Denise Chassé, Denise Clavette, Jean-Louis Couturier, Jeanine Ferran-St-Onge, Gills Lavoie, Gisèle Lebel, Gérald J. Lévesque, Gaëtan Martin, Dora Ouellet, Adrienne Pelletier, Hermel Plourde, Berthelet Quimpère, Jean-Guy Simard, Fred Soucy, Monique St-Amand, Reinelde Thériault, Edna Thomas, Gary Thorne  MAURICE-DUGUAY : Doris Battah, Albini Doiron, Hector Duguay, Léonard T. Légère, Majella McGraw, Rita Rail, Robert Thériault  RESTIGOUCHE-OUEST : Lisette Côté, Marcel Dion, Anne Hammond, Nicole Levesque, Adèle Perron, Rino Perron, Muriel Thériault  ROLAND-OUELLETTE : Janine Arseneau, Gisèle Bertrand, France Bordage, Clifford Boudreau, Florence Cormier, Normand Cormier, Jeannine Doucet, Anne-Marie Gammon, Angela Léger, Elzéa Martin, Raymonde Mazerolle, André Pinet, Nicole Pitre, Lucille Vautour-Côté.
 
NOTE : Si votre nom n’apparaît pas sur cette liste, est mal orthographié ou ne devrait pas y apparaître, en avertir le directeur général. Si vous connaissez quelqu’un qui devrait faire partie de ce groupe, l’inviter à devenir membre de la SERFNB avant le 31 décembre 2018.
La date finale pour effectuer des changements à la liste est le 30 avril 2019.


Accueil | Message du président | Historique | Dirigeant(e)s
Président(e)s | Adhésion | Réalisations | Documents
Hommages | Calendrier | Galerie de photos | Archives | Liens

Ce site est conçu pour une résolution d'écran de 800 x 600 pixels et plus.

© SERFNB - Tous droits réservés